Sept mois que je suis rentré. Sept mois que je n'ai pas parlé Suèdois. Deux ou trois mails échangés avec les anciens colocataires, bonjour comment ca va, en veux-tu en voilà. Voici qu'arrive une invitation en filigrane pour Sista April cette année, pour un aller-retour en deux jours seulement vers la Suède; Ca laisserait très certainement un goût trop fort d'inachevé.

    Hier, une rencontre un peu inattendue: voilà qu'une jeune et jolie fille, l'accent suèdois très prononcé, m'aborde pour un renseignement. Elle a l'air toute fraîchement débarquée à Lyon, à la suite d'un obscur programme Erasmus. Je m'apercois que je suis incapable d'aligner trois phrases dans la langue avec laquelle j'étais si content de pouvoir enfin communiquer, a la fin du printemps dernier. Un peu triste sur le coup, j'ai du mal à le cacher.

   

Une peau de chagrin s'envole
     Il nous reste les souvenirs
     Scandinaves et rieurs.