7h10 ce matin, je sors de l'appartement. Le soleil est déjà bien haut, et pour tout dire la température également; il fait jour depuis un peu plus de trois heures.
  Arrivée au labo, un peu en avance pour contrôler la manip qui a tourné toute la nuit, et pouvoir aller en cours ensuite. Peu de gens sont là, quelques uns traînent sur les tables avec un thé, repensant peut être à tout ce qu'ils pourraient faire de leur si longue journée.

   Arrivée en cours, l'ambiance est silencieuse, comme si on avait peur de réveiller quelqu'un. On s'installe dans le calme. Le professeur, arrive, et tire doucement de la torpeur tous ceux qui se sont levés pour l'écouter. Doucement, doucement, jusqu'à en bercer certains.
  La pause de neuf heures. Un Suèdois entame son cornet glacé en guise de petit déjeuner, un Allemand fait de même avec un sandwich. mon voisin, Suèdois également, m'explique qu'il a passé deux ans à Kinshasa avant d'atterrir à nouveau ici. Au Zaïre, la langue administrative est le Francais, je ne peux que le féliciter pour son accent impeccable.

  Dernière heure de cours pour cette matière. Inflation de l'univers, rayonnement cosmologique, je décroche at last. Dix heures, fin du cours, le professeur, américain, recoit une salve d'applaudissements.

  En sortant de la salle, un Australien et un Albanais continuent de discuter houleusement au sujet du cours. Je me dirige vers le labo. A 12h, aller dire au revoir à une Lettone qui quitte la Suède aujourd'hui.

    Un début de journée cosmopolite. On est si loin de la France...